SLUJBA DE ÎNVIERE (ANNONCE DE LA RÉSURRECTION)- SFÂNTA ŞI DUMNEZEIASCA LITURGHIE A SF. IOAN HRISOSTOM

PROCESSION PASCALE

   

ANNONCE DE LA RÉSURRECTION

Obscurité totale. Les portes centrales du sanctuaire s’ouvrent. L’évêque sort avec, dans les deux mains, des torches allumées.   Alors que toutes les lumières de l’église sont éteintes, l’évêque sort des portes royales et invite les fidèles à allumer leurs cierges en chantant :
    Évêque : Venez prendre la lumière à la Lumière sans déclin et glorifiez le Christ ressuscité d’entre les morts.
    Le chœur chante ce même hymne autant de fois qu’il est nécessaire.
    Ensuite, 1’évéque,  précédé du clergé, du chœur et des porte‑cierges, s’avance vers un endroit fixé d’avance d’où la Résurrection sera annoncée. Au cours de la procession le chœur chante l’hymne suivant
Procession vers l’extérieur de l’Église. Le peuple suit le clergé.   Chœur : Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, les Anges la chantent dans les cieux, et nous qui sommes sur la terre, donne-nous un cœur pur pour être dignes de te glorifier.
    Lorsque la procession arrive à l’endroit sus‑mentionné, l’évêque dispose sur un pupitre le saint Évangile et lit le récit de la Résurrection selon saint parc.
L’action a lieu sur estrade où l’évêque est entouré du clergé.   Diacre : Et pour qu’il nous soit donné d’écouter dignement le saint Évangile, Prions le Seigneur notre Dieu.
    Chœur : Seigneur, aie pitié. (3 fois)
    Diacre : Sagesse, tenons-nous droit: Écoutons le Saint Évangile.
    Evêque : Paix à tous.
    Chœur : Et à ton Esprit.
    Évêque : Lecture du saint Évangile selon saint Marc.
    Diacre : Soyons attentifs.
    Chœur : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.
    Évêque : Lorsque fut passé le sabbat, Marie de Magdala, Marie mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer Jésus. De grand matin, le premier jour de la semaine, elles allèrent au sépulcre, au lever du soleil. Elles se disaient entre elles: Qui nous croulera la pierre de l’entrée du tombeau? Levant les yeux, elles virent qu’on avait roulé la pierre: or elle était fort grande. Elles entrèrent dans le sépulcre et virent un jeune homme, assis à droite, vêtu d’une robe blanche, et elles furent effrayées. Mais il leur dit: Ne craignez point! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié: il est ressuscité, il n’est plus ici; voici le lieu où on l’avait déposé. Allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée; c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit. Sortant du sépulcre, elles s’enfuirent, toutes tremblantes de frayeur, et dans leur crainte elles ne dirent rien à personne.
    L’évêque encense trois fois le saint Evangile et entonne solennellement :
    Évêque : Gloire à la sainte, consubstantielle, vivifiante et indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
    Chœur : Amen.
Première proclamation de la Résurrection.   Évêque : Le Christ est ressuscité d’entre les morts; par sa mort, Il a triomphé de la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, Il a donné la vie. (3 fois)
L’évêque encense en tournant autour du pupitre.   L’ Evêque continue ensuite par les versets suivants, après chacun desquels le choeur reprend le même tropaire : « Le Christ est ressuscité … ».
    Évêque : Que Dieu se lève; que soient dispersés ses ennemis, et que ceux qui Le haïssent fuient devant Sa face. (Le Christ…)
      Comme se dissipe la fumée, qu’ils se dissipent, et comme fond la cire en présence du feu. (Le Christ…)
      C’est ainsi que périront les pécheurs loin de la face de Dieu, et les justes seront dans la joie. (Le Christ…)
      Voici le jour qu’a fait le Seigneur ; en ce jour, .livrons-nous à la joie et à l’allégresse. (Le Christ…)
    Chœur : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. (Le Christ…)

Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. (Le Christ…)

    Évêque : Le Christ est ressuscité d’entre les morts; Par sa mort, Il a vaincu la mort.
    Chœur : Et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, Il a donné la vie.
    Diacre : En paix, Prions le Seigneur.
    Chœur : Seigneur, ale pitié. (de même après chaque demande)
Ecténie   Diacre : Pour la paix qui vient du ciel et le salut de nos âmes prions le Seigneur.

Pour la paix du monde entier, la stabilité des Saintes Églises de Dieu et l’union de tous, prions le Seigneur.

Pour cette sainte maison, pour ceux qui y entrent avec foi, piété et crainte de Dieu, prions le Seigneur.

Pour notre archevêque N…, l’ordre vénérable des prêtres, le diaconat en Christ, pour tout le clergé et tout le Peuple, Prions le Seigneur.

Pour cette ville, pour toute ville et toute contrée et pour ceux qui y vivent dans la foi, Prions le Seigneur.

Pour des saisons clémentes, l’abondance des fruits de la terre et des jours de paix, prions le Seigneur.

Pour ceux qui sont en mer, les voyageurs, les malades, les Prisonniers, pour tous ceux qui peinent et Pour le salut de tous, prions le Seigneur.

Pour être délivrés de toute affliction, inimitié, Péril et nécessite, prions le Seigneur.

Secours-nous, sauve-nous, ale pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par Ta grâce.

Invoquant notre Très Sainte, Immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-même, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.

    Chœur : A Toi, Seigneur.
    Évêque : Car à Toi appartiennent toute gloire, honneur et adoration, Père et Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
    Choeur : Amen.
Procession vers l’intérieur de l’Église. Mouvement important du peuple revenant dans l’Eglise où l’on allume toutes les lumières.   La procession se forme de nouveau et pénètre dans l’église étincelante de lumières. Le chœur chante le canon pascal.

 

 

MATINES

L’évêque sur son trône. Le clergé, disposé en deux rangs, l’entoure.   L’évêque, entouré des célébrants, monte au trône. Le chœur continue à chanter le canon pascal.
    Chœur : Ode 1

Jour de la Résurrection! Peuples, rayonnons de joie: c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! De la mort à la vie, de la terre jusqu’au ciel le Christ, notre Dieu, nous conduit: chantons la victoire du Seigneur.

     

Ode 2

Venez, buvons tous au flot nouveau * de la source d’immortalité * merveilleusement jaillie * non plus du rocher dans le désert, * mais sur le tombeau du Christ, * notre force et notre joie.

      Ode4

En cette sainte nuit où nous veillons, * que le Prophète inspiré par Dieu * se tienne parmi nous * et qu’il nous montre l’Ange resplendissant * annonçant joyeusement : * Aujourd’hui, c’est le salut du monde, * car Il est ressuscité, * le Christ, notre Dieu tout-puissant.

      Ode 5

Devançons le point du jour * pour offrir au Seigneur au lieu de myrrhe l’hommage de nos chants, * et nous verrons le Christ se lever, * Soleil de justice qui nous donne à tous * la lumière et la vie.

      Ode 6

Au plus profond de la terre Tu es descendu, * Tu as brisé les éternels verrous * qui nous tenaient captifs * et le troisième jour, comme Jonas du poisson, * ô Christ, Tu es sorti du tombeau.

      Le Christ est ressuscité d’entre les morts, par Sa mort, Il a vaincu la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, il a donné la vie.

Ressuscité du tombeau courre Il l’avait prédit. Jésus nous donne l’éternelle vie et la grâce du salut.

    Diacre : Encore et encore, en paix, prions  le Seigneur.
    Cœur : Seigneur, aie pitié.
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde nous, ô Dieu, par Ta grâce.
    Cœur : Seigneur, aie pitié.
    Diacre : Invoquant notre Très Sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.
    Cœur : A Toi, Seigneur.
    Évêque : Car tu es le Roi de la paix et le Sauveur de nos âmes, et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
    Cœur : Amen.
    Lecteur :

Kondalion

Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, tu as brisé la puissance de l’Enfer, * et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, * ordonnant aux Myrophores de se réjouir, * visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, * toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

     

Ikos (Lecture)

C’est le Soleil antérieur au soleil, * jadis descendu au tombeau, * que les Myrophores cherchaient comme le jour, * avant l’aurore se hâtant et l’une à l’autre se disant: * O mes chères amies, * allons embaumer le corps vivifiant * de celui qui au sépulcre enseveli * après sa chute relève Adam; * allons, hâtons-nous et comme les Mages nous prosternant, * offrons la myrrhe en hommage à Celui * qui n’est plus de langes, mais d’un suaire enveloppé; * et dans les larmes crions-Lui: * Lève-Toi, Seigneur, * Toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

     

Synaxaire

Le saint et grand Dimanche de Pâques, nous célébrons la vivifiante Résurrection de notre Seigneur, Dieu et Sauveur jésus Christ.

Le Christ descendu seul pour combattre l’Enfer en remonte vainqueur et de butin couvert.

A lui la gloire .et la puissance dans les siècles des siècles. Amen.

    Évêque : Ayant contemplé la Résurrection du Christ, * prosternons nous devant notre Saint Seigneur Jésus: * Il est le seul sans péché. * O Christ, nous nous prosternons devant Ta Croix * et nous chantons et glorifions Ta sainte Résurrection, * car Tu es notre Dieu, * nous n’en connaissons nul autre que Toi, * ton nom, nous le proclamons; * venez, tous les fidèles, * prosternons-nous devant la Sainte Résurrection du Christ; * voici que par la Croix la joie a pénétré le monde entier, * sans cesse louons le Seigneur et chantons Sa Résurrection, * car en souffrant pour nous sur la croix, * Il a détruit la mort par Sa mort. Ressuscité du tombeau * comme Il l’avait prédit, * Jésus nous donne l’éternelle vie * et la grâce du salut.
    Après ces lectures, le chœur continue à chanter le canon pascal.
    Cœur : Ode 7

Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens * s’est fait homme et a souffert comme un mortel; * par Sa Passion Il revêt 1e genre humain * de la splendeur de l’immortalité, * car Il est le Dieu de nos Pères, * à Lui seul bénédiction et haute gloire.

Le diacre se rend dans le sanctuaire.     Ode 8

Voici le jour parfaitement saint, * unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, * la fête des fêtes, la solennité des solennités, * en qui nous bénissons le Christ * dans les siècles.

    Diacre : La Mère de la Lumière, Elle qui a enfanté Dieu, exaltons-La dans nos chants.
Le diacre encense.   Pendant le chant qui suit, le diacre, après avoir pris la bénédiction de l’évêque, encense l’évêque, les icônes et le peuple.
    Cœur : Magnifie, ô mon âme, * Celui qui est ressuscité * du tombeau le troisième jour, * le Christ qui donne la vie.
     

Ode 9

Resplendis de lumière, * nouvelle Jérusalem, * car la gloire du Seigneur * a brillé sur toi. * Exulte et danse de joie, fille de Sion; * réjouis-toi aussi, Sainte Mère de Dieu, * en ce jour où ressuscite ton Fils.

Ô charme divin, * ô douceur ineffable de Ta voix, * car sans mensonge Tu nous as promis, * ô Christ, d’être avec nous jusqu’à la fin des temps; * et nous fidèles, dont l’espoir * repose sur cette promesse, * nous exultons de joie.

Au sépulcre elle vint en courant, * Marie Madeleine, * et voyant le Christ, * l’interrogea comme le jardinier.

Ô Christ, notre grande Pâque de sainteté, * ô Sagesse des cieux, * Verbe et Puissance de Dieu, donne-nous de communier avec Toi * d’une façon plus réelle encore * au jour sans déclin * de ton Royaume.

L’Ange du Seigneur dit à la Vierge pleine de grâce: * Vierge sainte, réjouis-toi; * ne pleure plus, réjouis-toi, * car ton Fils est ressuscité * du tombeau, le troisième jour. Peuples réjouissez-vous !

Resplendis de lumière, * nouvelle Jérusalem, * car la gloire du Seigneur * a brillé sur toi. * Exulte et danse de joie, fille de Sion; * réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, * en ce jour où ressuscite ton Fils.

    Diacre :

Petite Litanie

Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.

    Cœur : Seigneur, ale pitié.
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, ale pitié de nous et garde nous, ô Dieu, par ta grâce.
    Cœur : Seigneur, ale pitié.
    Diacre : Invoquant notre très sainte, Immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.
    Cœur : A Toi, Seigneur.
    Évêque : Car les Puissances des cieux chantent Ta louange et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
    Cœur : Amen.
     

Exapostilaire

Du sommeil où reposait Ton corps, * ô mon Roi et mon Seigneur, * le troisième jour Tu es ressuscité, * de la fosse faisant surgir Adam, * car Tu as vaincu la mort, * Pâque où nous puisons l’immortelle vie, * Pâque où le monde trouve le salut.

      Laudes

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur, * louez le Seigneur du haut des cieux, * louez-Le au plus haut des cieux. * A toi, notre Dieu, convient l’hommage de nos chants.

Louez le Seigneur, tous les Anges de Dieu, * louez-Le, toutes les Puissances des cieux. * A toi, notre Dieu, convient l’hommage de nos chants.

Louez-Le pour ses hauts faits,
Louez-Le pour Sa suprême majesté.

Ô Christ, nous chantons * Ta Passion qui nous sauve et nous glorifions Ta sainte Résurrection.

Louez-Le par l’éclat du cor,
Louez-Le sur la harpe et la cithare.

Toi qui souffris la croix pour terrasser la mort * et d’entre les morts es ressuscité, * établis notre vie dans la paix, * Seigneur tout-puissant. Etc.

Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent!

Stychères de Pâques

Pâque, ta sainteté se révèle en ce jour à nos yeux : Pâque nouvelle et sacrée, * Pâque mystique du Seigneur, Pâque vénérable, * Pâque du Christ libérateur, * Pâque tout-immaculée, * Pâque à nulle autre pareille, * Pâque des fidèles, * Pâque nous ouvrant les portes du Paradis, Pâque dont tout fidèle reçoit la sainteté.

Comme se dissipe la fumée ils se dispersent,
comme fond la cire en face du feu!

Venez, femmes annonciatrices de ce que vous avez perçu,* et dites à Sion: * Reçois de nous la joyeuse nouvelle * de la Résurrection du Christ; * exulte de joie, * Jérusalem, danse d’allégresse * voyant le Christ ton Roi * sortir du tombeau comme de la chambre un époux.

Périssent les impies en face de Dieu,
mais les justes jubilent devant sa face!

L es porteuses de parfum, * venues de bon matin * au sépulcre de la Source de vie, * trouvèrent un Ange assis * sur la pierre du tombeau * et cet Ange leur parla ainsi: * Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui vit? Pourquoi pleurez-vous sur la tombe du Seigneur immortel? * Allez informer ses Disciples de la Résurrection!

Voici le jour que fit le Seigneur,
exultons d’allégresse et de joie.

Pâque de toute beauté, * Pâque, divine Pâque, * Pâque vénérable se levant sur nous, * Pâque, joyeusement l’un l’autre embrassons-nous. * O Pâque, rédemption de nos peines, * car, en ce jour, du tombeau * comme au sortir de la chambre nuptiale * resplendissant s’est levé * le Christ, comblant de joie les myrophores en leur disant: Informez les Apôtres de Ma Résurrection!

Un des prêtres demande la bénédiction de l’évêque et se rend à l’autel.

Le diacre, lui aussi, demande la bénédiction et va se placer devant les Portes Saintes (Royales).

   

Gloire au Père … Maintenant …

C ‘est le jour de la Résurrection, * en cette fête rayonnons, * l’un l’autre embrassons-nous; * du nom de frères appelons même nos ennemis, * pardonnons à cause de la Résurrection * afin de pouvoir chanter: * Le Christ est ressuscité des morts, * par Sa mort Il a triomphé de la mort, * Il nous délivre du tombeau pour nous donner la vie.

L e christ est ressuscité des morts, * par Sa mort Il a triomphé de la mort, * Il nous délivre du tombeau * pour nous donner la vie. (3 f.)

 


DIVINE LITURGIE DE St JEAN CHRYSOSTOME.

Tableau des différentes parties de la liturgie de St Jean Chrysostome.

I. LITURGIE DES CATÉCHUMÈNES

I.1.      Bénédiction initiale et

Litanies

1.2.     Petite entrée

(Procession avec l’Évangile)

II. LITURGIE DES FIDÈLES

II.1.    Hymne des Chérubins

11.2.  Grande entrée

(Procession avec les dons)

11.3.  Litanie de l’offertoire

1.3.     Tropaires

(Chants du jour)

1‑4..   Trisagion

1.5.     Lecture des Lettres

des Apôtres

1.6.     Lecture de l’Évangile

11.4.  Baiser de paix

11.5.  Proclamation du Symbole

de Foi (Credo)

11.6.  Sanctus

11.7.  Canon eucharistique

11.8.  Epiclèse

(Invocation de l’Esprit Saint)

11.9.  Hymne à la Mère de Dieu

II.10. Notre Père

II.11. Elévation

II.12. Communion  du Clergé

II.13. Communion des fidèles

II.14. Litanie de l’action de grâces

II.15. Congé‑Renvoi.

 

 

   

LITURGIE DES CATÉCHUMÈNES

 
   

Bénédiction initiale et Litanies

 
Mouvement du prêtre devant l’autel.   Le diacre, après avoir reçu la bénédiction de l’évêque, se place devant les portes royales et, inclinant la tête, dit d’une voix forte :  
    Diacre : Bénis Père.  
    Le prêtre, debout devant l’autel, prend l’évangéliaire, trace le signe de croix au dessus de l’antimension et dit d’une voix forte :  
    Prêtre : Béni est le Règne du Père et du Fils et du Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
    Le prêtre et ensuite le chœur chantent le tropaire  de la Résurrection :  
Chant alterné entre prêtre et chœur. Le prêtre encense.   Prêtre et Chœur : Le Christ est ressuscité d’entre les morts, par sa mort, 11 a vaincu la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, il a donné la vie.  
    Diacre : En paix, Prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié (de même après chaque demande)  
Ecténie   Diacre : Pour la paix qui vient du ciel et le salut de nos des, prions le Seigneur.

Pour la paix du monde entrer, la stabilité des saintes Églises de Dieu et l’union de tous, prions le Seigneur.

Pour cette sainte maison, pour ceux qui y entrent avec foi, piété et crainte de Dieu, prions le Seigneur.

Pour notre archevêque N., fondre vénérable des prêtres, le diaconat en Christ, pour tout le clergé et tout le peuple, prions le Seigneur.

Pour cette ville, pour toute ville et toute contrée et pour Ceux qui v vivent dans la foi, prions le Seigneur.

Pour des saisons clémentes, l’abondance des fruits de la terre et des jours de paix, prions le Seigneur.

Pour ceux qui sont en mer, les voyageurs, les malades, les prisonniers, pour tous Ceux qui peinent et pour le salut de tous, prions le Seigneur.

Pour être délivrés de toute affliction, inimitié, péril et nécessite, prions le Seigneur.

Secours-nous, saure-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

Invoquant notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.

 
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Prêtre :
(à voix basse)
Seigneur, notre Dieu, dont la puissance est incomparable et la gloire incompréhensible, dont la miséricorde est incommensurable et l’amour pour les hommes ineffable. Toi-même, Maître, dans Ta tendresse, abaisse ton regard sur nous et sur cette sainte maison et accorde-nous et à tous ceux qui prient avec nous, tes riches bienfaits et tes largesses.  
    Prêtre :
(à voix haute)
Car à toi appartiennent toute gloire, honneur et adoration, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.

Par les prières de la Mère de Dieu, ô Sauveur, sauve-nous (3 fois).

 
    Diacre : Encore et encore, en paix, prions  le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde nous, ô Dieu, par ta grâce.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Diacre : Invoquant notre très sainte, immaculée,  toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-mêmes les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.  
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Prêtre :
(à voix basse)
Seigneur, notre Dieu, sauve ton peuple et bénis ton héritage, garde la plénitude de ton Église, sanctifie ceux qui aiment

La beauté de Ta maison: glorifie-les en retour par Ta divine puissance et ne nous abandonne pas, nous qui espérons en Toi.

 
    Prêtre :
(à voix haute)
Car à toi appartient la force, à Toi le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.

Sauve-nous 0 Fils de Dieu, loi qui es ressuscité des morts nous qui te chantons : Alléluia (3 fais).

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. Et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen. Fils unique et Verte de Dieu, Toi qui es immortel, et qui daignas pour notre salut T’incarner de la Sainte Mère de Dieu et toujours  Vierge Marie, et qui sans changement Te f I s haine et fus crucifié, 0 Christ Dieu. par la mort avant vaincu la mort, étant l’Un de la Sainte Trinité, glorifié avec le Père et le Saint-Esprit, sauve nous.

 
    Diacre : Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde nous, ô Dieu, par ta grâce.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Diacre : Invoquant notre très sainte, immaculée,  toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et tous les Saints, confions-nous nous-mêmes les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.  
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Prêtre :
(à voix basse)
Toi qui nous as fait la grâce d’unir nos voix pour T’adresser en commun ces prières et qui as promis d’exaucer les demandes de deux ou trois réunis en ton Nom, Toi-même, maintenant, accomplis les demandes de tes serviteurs, selon ce qui convient, en nous accordant, dans le siècle présent, la connaissance de ta vérité et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.  
    Prêtre :
(à voix haute)
Car tu es Dieu bon et ami des hommes et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dais les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
   

Petite entrée

 
Mouvement dans l’autel. Procession vers le centre de l’Église. Mouvement important au centre même de l’Église   Alors que le chœur chante l’apolytikion du jour, le prêtre prend l’évangéliaire et le remet au diacre. Ensuite, Ils sortent du sanctuaire par la porte Nord, précédés du porte-cierge, et se placent devant les portes royales où l’évêque s’est déjà rendu en descendant de son trône.  
    Diacre :
(à voix basse)
Prions le Seigneur.  
    Evêque :
(à voix basse)
Maure et Seigneur, notre Dieu, qui as établi dans les cieux les ordres et les armées des anges et archanges pour le service de ta gloire, fais que notre entrée soit aussi l’entrée des saints anges qui servent et glorifient avec nous ta bonté. Car a toi appartiennent toute gloire, honneur et adoration, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Diacre :
(à voix basse)
Amen. Bénis, Père, la Sainte Entrée.  
    Evêque :
(à voix basse)
Bénie est l’entrée de ton sanctuaire en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
    Le diacre présente l’évangéliaire à l’évêque qui le baise, puis, il l’élève et dit à voix haute  
    Diacre : Sagesse. Tenons-nous droit.  
    L’évêque, entouré du clergé, chante l’hymne suivant en bénissant le peuple  
    Evêque : Dans vos assemblées, bénissez Dieu, le Seigneur issu d’Israël.

Sauve nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es ressuscité des morts, nous qui te chantons : Alléluia.

 
Mouvement du clergé vers le sanctuaire.   Chœur : Sauve nous, Fils de Dieu, Toi qui es ressuscité des morts, nous qui Te chantons : Alléluia.  
    Les célébrants pénètrent alors dans le sanctuaire par les portes royales. L’évêque encense l’autel, la table de préparation, l’iconostase et le peuple en chantant  
   

Les chants du jour

 
L’évêque encense l’autel, les icônes et le peuple tout en chantant.   Evêque :
(chante avec le clergé)
Le Christ est ressuscité d’entre les morts, par sa mort, Il a vaincu la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, Il a donné la vie.  
    Chœur : Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, Marie et ses campagnes entendirent l’Ange qui leur demandait Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit dans l’éternelle clarté? Voici les bandelettes : allez vite annoncer à tous que le Seigneur s’est levé, triomphant de la mort, car I1 est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain.  
    Evêque :
(chante avec le clergé)
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur Immortel, tu as brisé la puissance de l’Enfer, et tu est ressuscité victorieusement, 0 Christ notre Dieu, ordonnant aux Myrophores de se réjouir, visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.  
    Diacre : Prions le Seigneur.  
Chacun des concélébrant prend sa place. autour de l’autel.   Evêque : Car tu es saint, 6 notre Dieu, et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours.  
    Diacre : Et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
   

Trisagion

 
    Chœur : Vous tous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia. (2 fois)  
    Evêque :
(chante avec le clergé)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Chœur : Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Evêque :
(chante avec le clergé)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Chœur : Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Evêque :
(chante avec le clergé)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Chœur : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen. Vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Pendant ce chant, l’Évêque lit à voix basse la prière du Trisagion :  
    Evêque :
(à voix basse)
Ô Dieu Saint, qui reposes dans le Sanctuaire, chanté par la voix trois fois sainte des Séraphins, glorifié par les Chérir birrs, et adoré par toutes les Puissances célestes: Toi qui du néant as amené toutes doses 8 l’être, qui as créé l’homme à ton image et à ta ressemblance et l’as orné de tous les dons de ta grave; Toi qui accordes sagesse et raison a celui qui les demande et ne méprises pas le pêcheur, ayant établi la pénitence comme voie de salut; Toi qui mus as rendu dignes, nous tes humbles et indignes serviteurs, de nous tenir, en ce moment, devant la gloire de ton saint autel et de T’apporter l’adoration et la louange qui Te conviennent; Toi m&re, Maure, reçois aussi de nos lèvres pécheresses l’hymne tirais fois saint et visite-nous dans ta bonté; pardonne-nais doute faute volontaire et involontaire,  sanctifie nos &nez et nos corps et accorde-nous de Te servir dans la sainteté tous les jours de roue vie, par l’intercession de la sainte mère de Dieu et de tous les saints qui depuis le ncement des siècles Te furent agréables. Car Tu es Saint, ô notre Dieu, et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
Mouvement de l’évêque à l’intérieur du sanctuaire.   L’évêque et le diacre  ensuite , se dirigent vers le table de préparation (prothèsis)  
    Diacre :
(à voix basse)
Ordonne, Père.  
    Évêque :
(à voix basse)
Béni est celui qui vient au nom du Seigneur.  
    Ensuite, l’évêque et le diacre se dirigent vers le „Haut Lieu”, emplacement réservé au trône de l’évêque, ou vers le Crucifié, placé derrière l’autel  
    Diacre :
(à voix basse)
Bénis, Père, le siège élevé.  
    Evêque :
(à voix basse)
Tu es béni sur le trône de gloire de ton Royaume , Toi qui es assis sur les chérubins, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
    Clergé :
(chanté)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
Sortie de l’évêque qui se place face au peuple.   L’évêque devant les portes royales et face au peuple dit de haute voix.  
    Evêque : Seigneur. Seigneur, regarde-nous du haut du ciel et vois, visite et édifie cette vigne que ton bras droit a planté.  
    Clergé :
(chanté)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Évêque : Seigneur, Seigneur, regarde…  
    Clergé :
(chanté)
Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Evêque : Seigneur, Seigneur, regarde…  
    Clergé :
(chanté)
Alléluia.  
Pour chaque proclamation le diacre se dirige aux portes royales.   Le diacre devant les portes royales proclame à haute voix.  
    Diacre : Dynamis.  
    Chœur : Vous qu’avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia.  
    Diacre : Dieu sauve les fidèles.  
    Évêque :
(chante avec le clergé)
Dieu sauve les fidèles.  
    Diacre : Dieu sauve les fidèles.  
    Chœur : Dieu sauve les fidèles.  
    Diacre : Et écoute nous.  
    Évêque :
(chante avec le clergé)
Et écoute nous.  
    Diacre : Que nombreuses soient les années de Sa Sainteté le Patriarche Téoctist.  
    Évêque :
(chante avec le clergé)
Que nombreuses soient les années de Sa Sainteté le Patriarche Téoctist.  
    Diacre : Que nombreuses soient les années de Son Éminence l’Évêque Josef, donné par Dieu à la sainte Métropole de Suisse, exarque d’Europe, et notre père et pasteur.  
L’évêque bénit les fidèles.   Pendant ce, chant l’évêque, depuis les portes royales, bénit le peuple.  
   

Lecture des Lettres des Apôtres

 
    Le lecteur lit le prokimenon qui précède la lecture de l’Apôtre.  
Elle est faite par un des chantres qui ne se déplace pas.   Diacre : Soyons attentifs. Sagesse. Soyons attentifs.  
    Lecteur : Lecture des Actes des Apôtres.  
Pendant la lecture le diacre encense.     Cher Théophile,

Dans mon premier livre j’ai raconté tout ce que Jésus a fait et enseigné dès le début jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel. Avant d’y monter, il donna ses instructions, par la puissance du Saint-Esprit, aux hommes qu’il avait choisis comme apôtres. Après sa mort, il se montra à eux en leur prouvant de bien des manières qu’il était vivant : pendant quarante jours, il leur apparut et leur parla du Royaume de Dieu. Un jour qu’Il prenait un repas avec eux, Il leur donna cet ordre : Ne vous éloignez pas de Jérusalem, mais attendez ce que le Père a promis, le don que je vous ai annoncé. Car Jean a baptisé avec de l’eau, mais, dans peu de jours, vous serez baptisés avec le Saint-Esprit.

Ceux qui étaient réunis auprès de Jésus lui demandèrent alors :

‑ Seigneur, est-ce en ce temps que Tu rétabliras le royaume d’Israël°?

Jésus leur répondit :

‑ Il ne vous appartient pas de savoir quand viendront les temps et les moments, car le Père les a fixés de sa seule autorités. Mais vous recevrez une force quand le Saint-Esprit descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins, vous parlerez de moi à Jérusalem, dans toute la région de Judée et de Samarie, et jusqu’au bout du monde.

 
    Pendant la lecture de l’Apôtre, le diacre encense l’autel, la table de prépa­ration, l’iconostase et, depuis les portes royales, le peuple. L’encensement terminé, le diacre s’incline devant l’Évêque et lui dit à voix basse  
    Diacre :
(à voix basse)
Bénis, Père, celui qui va annoncer l’Évangile selon le Saint Apôtre et évangéliste N.  
    Évêque :
(à voix basse)
Que Dieu, par l’intercession du saint et glorieux apôtre et évangéliste N., t’accorde d’annoncer la Bonne Nouvelle avec force, pour l’accomplissement de l’Évangile de Son Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ.  
Mouvements autour de l’autel.   Diacre :
(à voix basse)
Amen. Amen. Amen. Qu’il en soit selon ta parole.  
    L’évêque remet l’évangéliaire au diacre. Celui-ci se rend à l’ambon, précédé du porte-cierge.

L’évêque, debout devant l’autel, lit à voix basse la prière suivante qui précède 1’Evangile :

 
    Évêque :
(à voix basse)
Fais luire dans nos cœurs la lumière incorruptible de la connaissance de ta divinité, ô Seigneur, ami des homes, et ouvre les yeux de notre intelligence pour que nous apprenions ton message évangélique. Inspire-nous aussi la crainte de tes saints oaman4larents, afin que nous menions une vie spirituelle, ayant foulé aux pieds tout désir charnel, ne pensant et n’agissant qu’à la seule fin de Te plaire. Car Tu es l’illumination de nos âmes et de nos corps, ô Christ Dieu, et nous Te rendons gloire, avec Ton Père éternel et Ton Esprit très Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
Pour la lecture de l’Evangile, le diacre montera sur la chaire.   A la fin de la lecture de l’Apôtre  
    Prêtre :
(à voix haute)
Paix à toi lecteur.  
    Chœur : Alléluia. (3 fois)  
   

Lecture de l’Évangile

 
L’évêque, entouré des prêtres se tient debôut devant les potres roya­les.   Prêtre : Sagesse, tenons-nous droit. Écoutons le saint Évangile. Paix à tous.  
    Chœur : Et à ton Esprit.  
    Diacre : Lecture du saint Évangile selon saint Jean.  
    Prêtre : Soyons attentifs.  
    Chœur : Gloire à Toi, Seigneur, gloire à toi.  
    Diacre : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par Lui furent créés toutes choses, et rien de ce qui existe n’a été tait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans la ténèbres, et la ténèbres ne l’ont pas saisie. II y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean; il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. II n’était pas la lumière, mais le témoin de la lumière. La vraie lumière était celle qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. II était dans le monde, et le monde tut tait par lui, et le monde ne l’a pas connu. II est venu chez lui, et la siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, et que ni le sang, ni le vouloir de la chair, ni le vouloir de l’homme, mais que Dieu a engendrés. Et le Verbe s’as fait chair, il a demeuré parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient du Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean lui rend témoignage et proclame: Voici celui dont j’ai dit: celui qui vient après moi est passé devant moi, parce qu’avant moi il était! De sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la Loi lut donnée par Moise, la grâce et la vérité cous sont venus par Jésus Christ.  
La lecture terminée, le diacre, précédé du porte-cierge, se dirige vers le sanctuaire,   A la fin de la lecture :  
    Prêtre : Paix à toi qui amorces la Bonne Nouvelle.  
    Chœur : Gloire à Toi. Seigneur, gloire à toi.  
   

Liturgie des Fidèles

 
    Le diacre rentre par les portes royales et remet l’évangéliaire d l’évéque.  
    Evêque :
(à haute voix)
Afin que gardés en tout temps par ta Puissance,  Te rendions gloire, Père. Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
   

Hymne des Chérubins.

 
    Chœur : Amen.

Nous qui, dans ce mystère, représentons les chérubins et chantons l’hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité, déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

 
Avec ce long chant lent et paisible, l’on remarque un certain changement de ‘climat’. C’est la préparation pour l’offrande.

Les célébrants sont autour de l’autel. Le même chant continue. Un moment statique de prière et de concentration.

  Évêque :
(à voix basse)
Aucun de ceux qui sont liés par les désirs et les voluptés charnels n’est digne de venir à Toi, de T’approcher et de Te rendre ce culte. O Foi de gloire :car Te servir est chose grave et redoutable pour les puissances célestes elles-mêmes. Mais dans ton ineffable et incomparable amour pour l’home, Tu t’es fait homme sans changement, ni altération et Tu es devenu notre grand Patte; et, Maître de toutes choses, Tu nous as confié l’accomplissement sacré de ce sacrifice liturgique et non sanglant. Seul, Seigneur notre Dieu, Tu règnes sur le ciel et la terre, porté sur un trône de Chérubins, Seigneur des Séraphins, Foi d’Israël, seul Tu es Saint et reposes dans le sanctuaire. Je Te supplie donc, Toi qui seul es bon et bienveillant, baisse ton regard sur le pécheur et l’indigne serviteur que je suis, purifie mon âme et mon cœur de toute pensée mauvaise et donne nous la force, par la puissance de ton Esprit-Saint, de me tenir revêtu de la grâce du sacerdoce devant ta Sainte Table que voici, et de consacrer ton Corps saint et sans t3dhe et ton Sang précieux. Je viens à Toi inclinant la tête et je Te supplie, ne détourne pas de moi Ta Face et ne me rejette pas du nombre de Tes enfants, mais rends moi digne, tout pécheur et indigne serviteur que je suis, de T’offrir ces dons. Car c’est Toi qui offres et qui es offert, Toi qui reçois et qui es distribué, ô Christ notre Dieu; et nous Te rendons gloire, avec ton Père éternel et ton Esprit très Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours et dans les sicles des siècles. Amen.  
    Le prêtre et le diacre récitent, ensuite, d voix basse l’hymne  
    Prêtre :
(à voix basse)
Nous qui dans ce mystère représentons les chérubins et charbons l’hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité, déposons maintenant tous les soucis de ce monde.  
    Diacre :
(à voix basse)
Pour recevoir le Foi de toutes choses, invisiblement escorté par les armées des anges. Alleluia, Alleluia, Alleluia.  
L’évêque encense.   L’évêque prend l’encensoir et, tout en recitant le Psaume 50, encense l’autel, la table de préparation, l’iconostase et le peuple.

Ensuite, l’évêque et le clergé s’inclinent trois fois et baisent l’antimension et 1•autel, ils se tournent vers le peuple, inclinent leurs têtes et se rendent d la table de préparation.

 
    Diacre :
(à voix basse)
Elève, Père.  
    Evêque :
(à voix basse)
Elevez les maires vers le sanctuaire et bénissez le Seigneur.  
    Le diacre reçoit de l’évêque la patène et le prêtrele calice.

Précédés du porte-cierge qui tient aussi l’encensoir, ils sortent alors du sanctuaire par 1a porte Nord et vont en procession se placer devant les Portes Saintes (Royales).

 
Procession des prêtres. L’évêque les attend devant les portes royales ; mouvement important.  

Grande Entrée

 
    Diacre :
(à voix haute)
Que le Seigneur Dieu Se souvienne dans son Royaume de vous tous, fidèles, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Que le Seigneur Dieu se souvienne dans son Royaume de ton épiscopat, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

 
    Chœur : Amen.  
    L’évêque reçoit du diacre la patène, l’élève et, A haute voix, corrMemore le chef de l’Eglise ‑ c’est‑à‑dire le Patriarche ‑ ceux qui concélébrent avec lui lors de cette liturgie, tout le clergé, les fidèles présents ainsi que les grands bienfaiteurs et donnateurs de l’Eglise.  
    Prêtre : Que le Seigneur Dieu se souvienne dans son Royaume de ton épiscopat, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
    L’évêque reçoit du prêtre le calice, l’élève et, à haute voix, commémore les défunts : les patriarches, les évêques, les prêtres et diacres, les moines, les fidèles et les grands bienfaiteurs et donateurs de l’Eglise.  
    Chœur : Amen.

Pour recevoir le Roi de toutes doses, invisiblement escorté par les armées des anges. Alleluia, Alleluia, Alleluia.

 
    L’évêque, les prêtres et le diacre rentrent dans le sanctuaire par les portes royales.

Le diacre reçoit la bénédiction de l’évêque, sort par la porte Nord, se place devant les portes royales et dit A haute voix

 
   

Litanie de l’offertoire

 
    Diacre : Accomplissons notre prière au Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié. (de même après chaque demande)  
    Diacre : Pour les dons précieux qui sont offerts, prions le Seigneur.

Pour cette sainte maison, pour ceux qui y entrent avec foi, piété et crainte de Dieu: prions le Seigneur

Pour être délivrés de toute affliction, inimitié, péril et nécessité, prions le Seigneur.

Secours-nous, sauve‑-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

 
    Pendant cette litanie, l’évêque, debout devant l’autel, lit à voix basse 1a prière de l’offrande  
    Evêque :
(à voix basse)
Seigneur Dieu, tout‑puissant, seul Saint, qui remis le sacrifice de louange de ceux qui T’invoquent de tout leur coeur, accepte aussi notre prime de pécheurs et porte‑la a ton très saint autel. Accorde‑nous de T’offrir les doris et des sacrifices spirituels pour nos péchés et les ignorances de ton peuple. Et rends‑nous dignes de trouver graoe devant Toi, afin que notre sacrifice Te soit agréable et que ton Esprit de grâce en sa bonté descende sur nous, sur ces dons et sur tout tan peuple.  
    Diacre : Que ce Jours entier soit parfait, saint, paisible et sans pèche, de­mandom au Seigneur.  
    Chœur : Exauce-nous, Seigneur. (de même après chaque demande)  
    Diacre : Un ange de paix, guide fidèle, gardien de nos âmes et de nos corps, demandons au Seigneur.

Pardon et rémission de nos péchés et de nos transgressions, demandons au Seigneur.

Ce qui est bon et utile à nos âmes et la paix pour le mince, demandons au Seigneur.

D’achever notre vie dans la paix et la pénitence, demandons le Seigneur.

Une fin chrétienne, sans douleur, sans honte, paisible, et notre Justification devant son trône redoutable, daims au Seigneur.

Invoquant notre Très Sainte, Immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et touJours Vierge, Marie, et tous les saints, confions-nous nous-même, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.

 
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Évêque : Par la miséricorde de ton Fils unique avec lequel Tu es béni, ainsi que ton Esprit très Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
    Évêque : Paix à tous.  
    Chœur : Et à Ton Esprit.  
    Diacre : Aimons-nous les uns les autres, afin que, dans un même esprit, nous confessions.  
    Chœur : Le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Trinité consubstantielle et indivisible.  
    L’évêque fait trois inclinations, baise la patène, le calice et l’autel et dit à voix basse :  
Dans l’autel mouvement important du clergé où, tous, s’embrassent mutuellement.  

Baiser de paix

 
    Évêque :
(à voix basse)
Je T’aimerai, Seigneur, ma force. le Seigneur est mon soutien et mon refuge (3 fois).  
    Le clergé échange le baiser de paix.  
    Diacre :
(à voix haute)
Les portes, les portes: Soyons attentifs dans la sagesse.  
   

Symbole de Foi

 
    La communauté, le chœur ou le lecteur :

Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant,
Créateur du ciel et de la terre, et de toutes les choses visibles et invisibles.

Et en un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils Unique de Dieu,
né du Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière,
Vrai Dieu de Vrai Dieu, engendré, non créé,
consubstantiel au Père, par qui tout a été fait,
qui pour nous, hommes, et pour notre salut est descendu des cieux, s’est incarné du Saint Esprit et de Marie, la Vierge,
et s’est fait homme.
Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
a souffert et a été enseveli ;
et Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures,
et Il est monté au ciel et siège à la droite du Père ;
et Il reviendra en gloire juger les vivants et les morts ;
son règne n’aura point de fin.
Et en l’Esprit Saint, Seigneur, qui donne la vie, qui procède du Père,
qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils,
qui a parlé par les prophètes.
En l’Église, une, sainte, catholique et apostolique.
Je confesse un seul baptême en rémission des péchés.
J’attends la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Amen.

 
    Diacre :

Debout. Tenons-nous avec crainte. Soyons attentifs afin d’offrir en paix la Sainte Oblation.

 
L’évêque se retourne vers le peuple pour le bénir.   Chœur : L’offrande de paix, le sacrifice de louange.  
Le prêtre (Evêque) bénit le peuple depuis les portes royales, face au peuple :   Evêque :
(en bénissant le peuple)
Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit soient toujours avec vous.  
    Chœur : Et avec ton esprit.  
    Evêque : Élevons nos cœurs.  
    Chœur : Nous les élevons vers le Seigneur.  
    Evêque : Rendons grâce au Seigneur.  
    Chœur :

Il est digne et juste d’adorer le Père et le Fils et le Saint Esprit, Trinité consubstantielle et indivisible.

 
Le diacre ferme les portes royales. Le prêtre revient à l’autel et récite à haute voix la prière de l’anaphore.   Evêque : Il est digne et juste de Te chanter, de Te bénir, de Te louer, de Te rendre grâce, de T’adorer en tout lieu de ta domination, car Tu es un Dieu inexprimable, incompréhensible, invisible, inaccessible, insaisissable, existant de toute éternité, identique à toi-même, Toi et ton Fils Unique et Ton Esprit Saint.

Du néant, tu nous as amenés à l’être, Tu nous as relevés, nous qui étions tombés et Tu n’a pas cessé d’agir jusqu’à ce que Tu nous aies élevés au ciel et nous aies fait don de Ton Royaume à venir.

Pour tout cela nous Te rendons grâce, à Toi, à Ton Fils Unique et à Ton Esprit Saint, pour tout les bienfaits connus ou ignorés de nous, manifestés ou cachés, répandus sur nous.

Nous Te rendons grâce aussi pour cette liturgie que Tu daignes recevoir de nos mains, bien que Tu sois servi par des milliers d’archanges, des myriades d’anges, par les chérubins et les séraphins aux six ailes et aux innombrables yeux, qui volent, sublimes, dans les hauteurs.

 
A partir de ce moment ce qui se fait autour de l’autel revêt une signification importante.

Le diacre enlève l’astérisque de dessus la patène, frappant légèrement les bords en signe de croix, le plie puis le dépose sur l’autel.

  Evêque :
(à voix haute)
Chantant, clamant, criant l’hymne triomphale et disant :  
   

Sanctus

 
    Chœur :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur Sabaoth.
Les cieux et la terre sont remplis de ta gloire. (Is 6, 3)
Hosanna au plus haut des cieux.
Béni est celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosanna au plus haut des cieux. (Mt 21, 9)

 
   

Canon eucharistique

 
Prière de l’anaphore.   Evêque :
(à voix basse)
Nous joignant à ces bienheureuses puissances nous aussi, Maître, ami des hommes, nous clamons et disons : Tu es Saint, Tu es parfaitement Saint, Toi et ton Fils unique et ton Esprit-Saint. Tu es saint, Tu es Saint, parfaitement Saint, magnifique est Ta gloire.

Toi qui as aimé le monde jusqu’à donner ton Fils Unique, afin qu’aucun de ceux qui croient en lui ne périsse, mais possède la vie éternelle.

I1 est venu et Il a accompli tout Ton dessein à notre égard. La nuit où I1 fut livré ou plutôt se livra Lui-même pour la vie du monde. I1 prit un pain dans ses mains saintes, pures et immaculées, rendit grâce, le bénit, le sanctifia, le rompit et le donna a ses saints disciples et apôtres en disant :

 
Le prêtre montre le pain de sa main droite ; le diacre en fait autant avec l’étole.   Évêque :
(à voix haute)
Prenez et mangez, ceci est mon Corps qui est rompu pour vous en rémission des péchés. (Mt 26, 26; 1 Co 11, 24)  
    Chœur : Amen.  
    Évêque :
(à voix basse)
De même I1 prit le calice après le repas, en disant :  
L’évêque (le prêtre) et le diacre montrent le calice.   Évêque :
(à voix haute)
Buvez en tous, ceci est mon Sang, le Sang de la Nouvelle Alliance, qui est répandu pour vous et pour un grand nombre en rémission des péchés.  (Mt 26, 27-28; 1 Co 11, 25).  
    Chœur : Amen.  
Le prêtre, croisant les bras, prend la Patène de la main droite et le Calice de la main gauche, puis les élève, en faisant un signe de croix au-dessus de l’autel et proclame :   Evêque :
(à voix basse)
Commémorant donc ce commandement salutaire et de tout ce qui a été fait pour nous : la Croix, le Tombeau, la Résurrection au troisième jour, l’Ascension aux ciel, le Siège à la droite du Père, le second et glorieux Nouvel Avènement,  
    Évêque :
(à voix haute)
Ce qui est à Toi, le tenant de Toi, nous Te l’offrons en tout et pour tout.  
    Chœur : Nous Te chantons, nous Te bénissons, nous Te rendons grâce, Seigneur, et nous Te prions, ô notre Dieu.  
   

Épiclèse (Invocation de l’Esprit-Saint)

 
Les célébrants font trois inclinations devant la Sainte Table en disant :   Tous : Ô Dieu, purifie-moi, pécheur.  
Ils s’inclinent. L’Evêque (le prêtre) élève les mains et dit le tropaire de la troisième heure :   Evêque :
(à voix basse)
Seigneur, qui à la troisième heure as envoyé ton Esprit Saint sur les Apôtres, ne Le retire pas de nous, ô Plein de bonté, et renouvelle nos âmes, nous qui t’implorons.  
    Diacre : Ô Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle un esprit droit dans mes entrailles. (Ps 50, 12)  
Ils s’inclinent.   Evêque :
(à voix basse)
Seigneur, qui à la troisième heure as envoyé ton Esprit Saint sur les Apôtres, ne Le retire pas de nous, ô Plein de bonté, et renouvelle nos âmes, nous qui t’implorons.  
    Diacre : Ne me rejette pas loin de ta Face, ne me retire pas ton Esprit Saint. (Ps 50, 13)  
Ils s’inclinent.   Evêque :
(à voix basse)
Seigneur, qui à la troisième heure as envoyé ton Esprit Saint sur les Apôtres, ne Le retire pas de nous, ô Plein de bonté, et renouvelle nos âmes, nous qui t’implorons.  
    Diacre : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
Point culminant de la liturgie. Le peuple est à genoux.   Evêque :
(à voix basse)
Nous t’offrons encore ce culte spirituel et non sanglant et nous t’invoquons, nous te supplions et nous te prions :

Envoie ton Esprit Saint sur nous et sur les Dons ici présents.

 
Le diacre désigne le pain avec l’étole :   Diacre :
(à voix basse)
Bénis, Père, le saint Pain.  
Le prêtre bénit le pain :   Evêque :
(à voix basse)
Et fait de ce Pain le Corps précieux de ton Christ.  
Le diacre désigne le calice :   Diacre :
(à voix basse)
Amen.

Bénis, Père, le saint Calice.

 
    Evêque :
(à voix basse)
Et ce qui est dans ce Calice, le Sang précieux de ton Christ.  
Le diacre, désignant les Saints Dons :   Diacre :
(à voix basse)
Amen.

Bénis, Père, l’un et l’autre.

 
    Evêque :
(à voix basse)
Les changeant par ton Esprit-Saint.  
Le diacre incline la tête devant le prêtre et dit :   Diacre : Amen. Amen. Amen.

Souviens-toi, père, de moi, le pêcheur.

 
    Evêque : Que le Seigneur se souvienne de toi dans son Royaume, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles.  
    Diacre : Amen.  
L’Evêque (le prêtre)continue la prière eucharistique.   Evêque :
(à voix basse)
Afin qu’ils deviennent pour ceux qui les reçoivent, purification de l’âme, rémission des péchés, communion du Saint-Esprit, plénitude du Royaume des cieux, gage de confiance en toi et non jugement ou condamnation.

Nous T’offrons encore ce culte raisonnable pour ceux qui ont trouvé le repos dans la foi : les Ancêtres, les Pères, les Patriarches, les Prophètes, les Apôtres, les Prédicateurs, les Evangélistes, les Martyrs, les Confesseurs, les Ascètes et pour toute âme juste décédée dans la foi.

 
L’Evêque (le prêtre) et le diacre sont à genoux devant la Sainte Table. Lorsque le chœur termine : « Nous Te chantons, nous Te bénissons… » le prêtre lève le Rideau des Portes Saintes et encense trois fois les Saints Dons consacrés.   Evêque :
(à voix haute)
Et en premier lieu pour la toute sainte, toute pure, bénie par dessus tout, notre glorieuse Souveraine la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie.  
   

Hymne à la Mère de Dieu

 
    Le diacre encense l’Autel et commémore à voix basse les noms des vivants et des défunts. Le chœur chante l’hymne de la Vierge.  
    Chœur : L’Ange du Seigneur dit à la Vierge pleine de grâce: « Vierge Sainte, réjouis-toi; ne pleure plus, réjouis-toi, car ton Fils est ressuscité du tombeau, le troisième jour. Peuples, réjouissez-vous !

Resplendis de lumière, nouvelle Jérusalem, car la. gloire du Seigneur a brillé sur toi. Exulte et danse. de joie, fille de Sion; réjouis-toi aussi, sainte Mère de. Dieu, en ce jour où ressuscite ton Fils.

 
    Evêque :
(à voix basse)
Pour Saint Jean-Baptiste, Prophète et Précurseur, pour les Saints glorieux et illustres Apôtres, pour saint N. dont nous célébrons la mémoire et pour tous les saints. Par leurs prières, ô Dieu, abaisse Ton regard sur nous.

Et souviens-Toi, Seigneur, de tous Ceux qui se sont endormis dans l’espérance de la résurrection pour la vie éternelle (ici le prêtre fait mention des défunts) et donne-leur le repos dans le lieu où resplendit la lumière de ta Face.

Nous te supplions encore : souviens-Toi, Seigneur, de tout l’épiscopat orthodoxe qui dispense fidèlement la parole de ta vérité, de tous les prêtres, du diaconat en Christ et de tous les ordres sacrés.

Nous T’offrons encore ce culte raisonnable pour l’univers, pour la sainte église catholique et apostolique, pour ceux qui mènent une vie pure et honorable, pour ce pays, pour notre patrie et ceux qui la gouvernent : accorde-leur de gouverner en paix, afin que nous puissions, dans la tranquillité qu’ils nous assurent, mener une vie paisible et calme, en toute piété et dignité.

 
    Prières pour les vivants et pour les morts.  
Avant que le chant de l’Axion se termine l’Evêque (le prêtre) prend l’anaphore du diacre et la touche du Saint disque et du Saint Calice.   Evêque :
(à voix basse)
Béni soit l’anaphore de tes Saints, Seigneur, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
Puis à haute voix :   Evêque : Souviens-toi, Seigneur, en premier lieu, de notre Archevêque Josef, accorde à ta Sainte Eglise qu’il vive de longs jours en paix, en bonne santé, dans l’honneur, et qu’il soit fidèle dispensateur de ta parole de vérité.  
Le diacre depuis les portes royales   Diacre : Souviens-Toi, Seigneur, de tous et de toutes.  
    Chœur : De tous et de toutes.  
    Evêque :
(à voix basse)
Souviens-Toi, Seigneur, de cette ville, où nous habitons, de toute ville et de tout village, et de ceux qui y vivent dans la foi. Souviens-Toi, Seigneur, de ceux qui sont en mer, des voyageurs, des malades, des prisonniers, de tous ceux qui peinent et de leur salut. Souviens-Toi, Seigneur, de ceux qui apportent des dons et font le bien dans tes saintes Eglises, de ceux qui pensent aux pauvres et accorde-nous à tous tes miséricordes (le prêtre fait ici mention des vivants).  
Ecphonisse
Le diacre baisse la tête et le prêtre le béni ; le diacre sort par la porte de nord et se place au milieu de l’Eglise pour continuer avec l’Ecténie.
  Prêtre :
(à voix haute)
Et donne-nous de glorifier et de chanter d’une seule voix et d’un seul cœur Ton Nom vénérable et magnifique, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
L’évêque se retourne et bénit le peuple.

Le prêtre (évêque) bénissant le peuple

  Evêque : Que les miséricordes de notre grand Dieu et Sauveur .Jésus-Christ, soient avec vous tous.  
    Chœur : Et avec ton esprit.  
   

Litanie de communion

 
Le rideau tombe et cache l’Autel du regard des fidèles.   Diacre : Ayant fait mémoire de tous les saints. encore et encore, en paix, prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié (de même après chaque demande).  
    Diacre : Pour les dons précieux offerts et sanctifiés, prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
      Afin que notre Dieu, ami des hommes, qui les a reçus à son Autel Saint, céleste et invisible, comme un Parfum de spirituelle suavité, nous envoie en retour la grâce divine et le don du Saint-Esprit, prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Diacre : Pour être délivrés de toute affliction, inimitié, Péril et nécessité, Prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Pendant cette litanie l’évêque lit d voix basse la prière suivante      
    Evêque : C’est à Toi, Maître, ami des hommes que nous confions notre vie toute entière et notre espoir. Nous T’invoquons, nous Te prions et nous Te supplions : rends-nous dignes de participer aux célestes et redoutables Mystères de cette table spirituelle et sacrée, avec une conscience pure, en rémission de nos péchés, pour le pardon de nos transgressions, pour la communion du Saint-Esprit et l’héritage du Royaume des cieux, afin que nous ayons la confiance de venir à Toi, sans encourir de jugement ou de condamnation.      
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.   Chœur : Seigneur, aie pitié.
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
      Que ce jour entier soit parfait, saint, paisible et sans péché, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Un ange de paix, guide fidèle, gardien de nos âmes et de nos corps, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Pardon et rémission de nos péchés et de nos transgressions, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Ce qui est bon et utile à nos âmes et la paix pour le monde, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Pour achever le reste de notre vie dans la paix et le pénitence, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Une fin chrétienne, sans douleur, sans honte, paisible, et notre justification devant son trône redoutable, demandons au Seigneur.  
    Chœur : Accorde, Seigneur.  
    Diacre : Ayant demandé l’unité de la foi et la communion du Saint Esprit, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres, et toute notre vie au Christ notre Dieu.  
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Évêque : Et rends-nous dignes, Maître, d’oser avec confiance et sans encourir de condamnation, T’appeler Père, Toi, le Dieu du Ciel, et dire :  
   

Notre Père…

 
Pendant la prière le diacre croise son étole, devant, sur les épaules.   La communauté, le chœur ou le lecteur : Notre Père qui es aux Cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel; donne-nous aujourd’hui notre pain de ce Jour. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets Pas à la tentation, mais délivre-nous du mal.  
L’ecphonisse   Prêtre : Car à Toi appartiennent le règne, la puissance, et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
Le rideau s’élève.   Évêque : Paix à tous.  
    Chœur : Et à ton esprit.  
    Diacre : Inclinez la tête devant le Seigneur.  
    Chœur : Devant Toi, Seigneur.  
    Évêque :
(à voix basse)
Nous te rendons grâce, ô Roi invisible, toi qui as tout créé par ta puissance infinie et qui, dans l’abondance de ta miséricorde, as conduit toute chose du non-être à l’être.

Toi-Même, Maître, , abaisse ton regard du haut du ciel sur ceux qui ont la tète inclinée non devant la chair et le rang mais devant Toi, Dieu redoutable.

Toi donc, Maître, répartis entre nous tous les dons posés ici pour notre bien, selon le besoin propre de chacun : navigue avec ceux qui sont en mer, fais route avec les voyageurs, guéris les malades, ô Médecin de nos âmes et de nos corps.

 
L’ecphonisse.   Prêtre :
(à voix haute)
Par la grâce, les miséricordes et l’amour pour les hommes de ton Fils unique avec lequel Tu es béni ainsi que ton Esprit très Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.  
    Évêque :
(à voix basse)
Sois attentif, Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu, du haut de ta sainte Demeure et du trône de gloire de ton Royaume, et viens nous sanctifier. Toi qui sièges au ciel avec le Père et qui. es invisiblement présent ici avec nous. Daigne nous distribuer de ta main puissante ton Corps immaculé et ton Sang précieux, et, par nous, à tout le peuple.  
    Le prêtre, dans le Sanctuaire, et le diacre, à sa place, s’inclinent trois fois et disent à voix basse :  
    Évêque, prêtre, diacre : Ô Dieu, purifie-moi, pécheur, et aie pitié de moi.  
   

Élévation, fraction et immixtion

 
    Diacre : Soyons attentifs.  
Le prêtre (l’Evêque) élève le Saint Corps, fait le signe de la croix avec les deux mains en dessus du Saint Disque et dit à haute voix :   Evêque : Les Saints Dons aux saints.  
    Chœur : Un seul est Saint, Un seul est Seigneur, Jésus-Christ, â la gloire de Dieu le Père. Amen.

Un seul est Saint, un seul est Seigneur, Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père. Amen. (1 Co 8, 6 et Ph 2, 11)

 
Mouvement d’un prêtre montant à la chaire pour la lecture du message.   Le diacre rentre dans le Sanctuaire et on chante l’hymne de la communion propre au jour « Recevez le Corps du Christ, gouttez à la source d’immortalité » ou à la fête. Le dimanche on chante : « Louez le Seigneur du haut des cieux. Alléluia. ».

Un des prêtres lit le message pascal ou prononce l’homélie.

Le rite qui suit, la communion du clergé, se fait dans l’autel à voix basse.

 
Le prêtre rompt le Pain sacré en quatre parcelles suivant les incisions faites à la préparation, disant à voix basse :   Diacre : Fractionne, Père, le saint Pain.  
    L’évêque rompt le pain et dépose les différentes parts sur la patène en disant :  
    Évêque : L’Agneau de Dieu est fractionné et partagé; I1 est fractionné, mais non divisé: I1 est toujours nourriture et ne s’épuise jamais, mais sanctifie ceux qui y communient.  
Quelques attitudes sont particulièrement significatives.   Puis il dépose les parcelles sur la patène en forme de croix :

I C

N I – K A

X C

Le diacre montre avec son étole le calice et dit à voix basse :

 
    Diacre : Remplis, Père, le saint Calice.  
    L’Evêque (le prêtre) prend la parcelle du Pain marquée des lettres I C (le Corps), fait avec elle le signe de croix au-dessus u Calice puis l’y laisse tomber  en disant :  
    Évêque : Plénitude du Saint-Esprit.  
    Diacre : Amen.  
    Ensuite, le diacre prend le récipient contenant le zéon (eau bouillante) et le présente l’évêque disant :  
    Diacre : Bénis, Père, le zéon.  
    Évêque : Bénie soit la chaleur de Ta sainteté, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
    Après cette bénédiction de l’évêque, le diacre verse le zéon dans le Calice et dit :  
    Diacre : Chaleur de la foi pleine du Saint-Esprit. Amen.  
Le chœur chante l’hymne de la communion et le clergé récite les prières de la communion.   Le prêtre prend la parcelle du Pain portant les lettres X C et la fractionne avec la lance en autant de parcelles qu’il y a de concélébrants. Tous les célébrants se prosternent (3 fois) devant l’autel en demandant pardon les uns les autres.

Après s’être relevés, ils se saluent mutuellement et s’inclinent devant le peuple en disant :

 
    Clergé : Pardonnez-moi, père et frères  
   

Communion du clergé

 
Le chœur chante les versets de communion.   Évêque : Approche, diacre N…  
    Le diacre vient à la gauche du prêtre.  
    Diacre : Donne-moi, père, le très précieux et saint Corps du Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ  
    Le prêtre donne au diacre une parcelle de Pain Sacré en disant à voix basse :  
    Évêque : Le Précieux et Très Saint Corps de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ est donné à toi, diacre N…, pour la rémission de tes péchés et la vie éternelle.  
    Diacre : Amen. Le Christ est parmi nous.  
    Évêque : Il est et Il sera.  
    Le diacre reçoit la parcelle dans le creux de la main droite croisée sur la gauche, baise la main de celui qui le communie et se rend derrière l’autel où il communie. Après c’est le tour de l’Evêque (du prêtre) de communier.  
Le prêtre (évêque) prend une parcelle du Pain Sacré en disant :   Évêque : Le Précieux et Très Saint Corps de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ est donné à moi, évêque (prêtre) N…, pour la rémission de tes péchés et la vie éternelle.  
    Il nettoie les doigts avec lesquelles a pris le Pain et s’incline devant la Sainte Table disant les prières de la communion :  
    Évêque : Je crois, Seigneur, et je confesse que Tu es, en vérité, le Christ, le Fils de Dieu vivant, venu au monde pour sauver les pêcheurs, dont je suis le premier. Je crois encore que ceci même est Ton Corps très pur et que ceci même est Ton Sang précieux. Je Te prie donc : aie pitié de moi et pardonne-moi les fautes volontaires et involontaires, commises en paroles, en actes, sciemment ou par inadvertance, et rends-moi digne de participer, sans encourir de condamnation, à Tes Mystères très purs, pour la rémission des pêchés et la vie éternelle. Amen.

Voici que je m’approche de la Sainte Communion ; Créateur, ne me brûle pas dans ma participation ; car Tu es feu qui brûle les indignes ; mais purifie-moi donc de toute souillure.

A Ta Cène mystique, Fils de Dieu, reçois-moi aujourd’hui : je ne révèlerai pas le Mystère à tes ennemis ; je ne Te donnerai pas le baiser de Judas, mais comme le Larron, je Te confesse : souviens-Toi de moi, Seigneur, quand Tu viendras en Ton Royaume.

Que la réception de tes saints Mystères, Seigneur, ne tourne point à mon jugement et à ma condamnation, mais à la guérison de mon âme et de mon corps.

 
    Et il communie. Puis il prend dans ses deux mains le calice avec son voile et dit à voix basse :  
    Évêque : Serviteur de Dieu et prêtre N…, je communie au Très Saint et Précieux Sang du Seigneur notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, pour la rémission de mes péchés et la vie éternelle.  
    Il boit du Calice par trois fois. Il essuie ses lèvres et le bord du Calice qu’il baise en disant :  
    Évêque : Ceci a touché mes lèvres, mes iniquités seront enlevées et mes péchés effacés. (Is 6, 7)  
    S’il y a plusieurs prêtres concélébrants, ils communient au Saint Sang à droite de l’autel, de la même manière que le célébrant, avant les diacres.

Puis le célébrant invite le diacre :

 
    Évêque : Approche encore, diacre N…  
    Le diacre, contournant l’autel, vient à la droite du prêtre.  
    Diacre : Voici, je viens à l’Immortel Empereur.  
    Évêque : Le très saint et précieux Sang du Seigneur notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ est donné à toi, diacre N…, pour la rémission de tes péchés et la vie éternelle.  
    Diacre : Amen.  
    Évêque : Ceci a touché tes lèvres, tes iniquités seront enlevées et tes péchés effacés.  
    Le prêtre (ou diacre) met ensuite dans le Calice les parcelles destinées à la communion des fidèles ; il recouvre le calice du voile de communion sur lequel il pose la cuiller.  
Pour les parcelles NI et KA.   Diacre : Ayant vu la résurrection du Christ, adorons le saint Seigneur Jésus, seul sans péché. Nous vénérons ta Croix, ô Christ, nous chantons et glorifions ta sainte résurrection. Car tu es notre Dieu, nous n’en connaissons pas d’autre et c’est ton Nom que nous invoquons.

Venez, tous les fidèles, adorons la sainte résurrection du Christ. C’est par la Croix que la joie est venue dans le monde entier. Bénissons sans cesse le Seigneur et chantons sa résurrection. te a souffert pour nous la Croix et par sa Mort te a détruit la mort.

 
Pour la parcelle de la Sainte Vierge.

 

  Diacre : Resplendis, resplendis, nouvelle Jérusalem, car sur toi la gloire du Seigneur s’est levée. Réjouis-toi et exulte, Sion. Et toi, Mère de Dieu très pure, réjouis-toi, car ton Fils est ressuscité.  
Pour les parcelles des saints.   Diacre : Ô Pâque grande et sacrée, ô Christ, ô Sagesse, Verbe de Dieu et Force, accorde-nous en vérité de demeurer en communion avec Toi, au jour sans crépuscule de ton Royaume.  
    Diacre : Lave, Seigneur, par ton Sang précieux et les prières de tes saints, les péchés de ceux dont il a été fait mémoire ici.  
Le diacre essuie soigneusement la patène au-dessus du calice avec l’éponge (ou le voile de communion.

L’évêque (le prêtre) lit à basse voix cette prière et ensuite ils se lavent les mains.

  Évêque: Nous te rendons grâce, Seigneur, ami des hommes, bienfaiteur de nos âmes, de nous avoir rendus dignes aujourd’hui de communier à tes célestes et immortels Mystères. Redresse nos voies, confirme-nous dans ta crainte, sois le gardien de notre vie, affermis nos pas, par les prières et les supplications de la glorieuse Mère de Dieu et toujours Vierge Marie et de tous les saints, …  
   

Communion des fidèles

 
    A la fin de l’hymne de la communion le diacre, sortant par les Portes Saintes, présente au peuple le Calice et dit à haute voix :  
Mouvement important du peuple, s’avançant vers les Portes Saintes pour recevoir la communion.   Diacre : Avec crainte de Dieu, foi et amour, approchez. (Ps 17, 26)  
    L’Évêque prend le Calice et, en donnant la Communion à chaque fidèle, dit :  
    Chœur : Béni est celui qui vient au nom du Seigneur. (Lc 19, 38)
Le Seigneur Dieu nous est apparu. (Ps 117, 27)
 
    Évêque : Le secteur de Dieu N. communie aux Précieux et Saints Corps et sang de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ en rémission des péchés et pour la vie éternelle.  
    Pendant la communion du peuple, le chœur chante l’hymne : „Recevez le Corps du Christ, goûtez à la source d’immortalité” et pendant la Semaine de Pâques : „Le Christ est ressuscité d’entre les morts…”

Après la communion l’évêque bénit le peuple avec le Calice en disant à voix haute :

 
    Évêque : Ô Dieu, sauve ton peuple et bénis ton héritage.  
    Chœur : Le Christ est ressuscité d’entre les morts, par sa mort il a vaincu la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, Il a donné la vie.  
    L’évêque pose le Calice sur l’autel, il l’encense et dit à voix basse :  
    Évêque : Sois exalté, ô Dieu, au-dessus des cieux et Ta gloire resplendira sur toute la terre.  
    L’évêque donne la patène au diacre et le Calice au prêtre qui dit:  
    Prêtre : Béni soit notre Dieu.  
    Puis, il se tourne vers le peuple et ajoute, à voix haute, en élevant le Calice :  
    Prêtre : En tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
Pendant le temps pascal, ce chant est remplacé par le Tropaire de Pâques : „Christ est ressuscité des morts…”   Chœur :

Amen.

Que nos lèvres s’emplissent de ta louange, Seigneur afin que nous chantions ta gloire, car tu nous as rendus dignes de communier à tes saints, divins, immortels et vivifiants Mystères. Garde-nous dans ta sainteté  afin que le jour entier nous apprenions ta justice. Alléluia, alléluia, alléluia.

 
   

Litanie d’action de grâce

 
Le diacre se tient devant les portes royales face au peuple.   Diacre : Tenons-nous droit : ayant participé aux Mystères redoutables du Christ, Mystères divins, saints, immaculés immortels. célestes et vivifiants, rendons grâce au Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, ale pitié.  
    Diacre : Secours-nous, sauve-nous, ale pitié de nous et garde-nous, 0 Dieu, par ta grâce.  
    Chœur : Seigneur, ale pitié.  
    Diacre : Ayant demandé que ce Jour entier soit parfait, saint, paisible et sans péché, confions-nous noue-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.  
    Chœur : A Toi, Seigneur.  
    Après avoir plié l’antimension, 1’évêque trace avec l’évangéliaire un signe de croix sur l’autel et dit à haute voix:  
    Évêque : Car Tu es notre sanctification, et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Il pose l’évangéliaire sur l’antimension.  
    Chœur : Amen.  
    Le prêtre sort par les Portes Royales et va se placer au milieu de l’église ou devant l’icône du Christ.  
    Evêque :
(à voix haute
Sortons en paix.  
    Chœur : Au Nom du Seigneur.  
    Diacre : Prions le Seigneur.  
    Chœur : Seigneur, aie pitié.  
    Prêtre : Seigneur, Toi qui bénis ceux qui Te bénissent et sanctifies Ceux qui mettent leur confiance en Toi, sauve ton peuple et bénis ton héritage. Carde la plénitude de Ton Église; sanctifie ceux qui aiment la beauté de Ta maison et glorifie-les en retour par Ta divine puissance. Ne nous abandonne pas, nous qui espérons en Toi. Donne la paix au monde, à Tes Églises, aux prêtres et à tout Ton peuple. Car toute grâce et tout don partait viennent d’en haut et procèdent de Toi, Père des lumières. Et nous Te rendons grâce et nous T’adorons. Père, Fils et Saint-Esprit maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  
    Chœur : Amen.

Christ est ressuscité d’entre les morts, par sa mort, Il a vaincu la mort et à ceux qui gisaient dans les tombeaux, Il a donné la vie (3 fois).

 
    L’évêque se rend à la table de préparation et lit d voix basse la prière suivante:  
    Évêque : O Christ, notre Dieu, accomplissement de la loi et des prophètes, Toi qui as réalisé toutes les dispositions du Père en vue de notre salut, remplis nos cœurs de joie et d’allégresse, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.  
Procession du clergé qui se place, comme au début, autour du trône.   L’évêque, précédé du clergé, sort du sanctuaire, monte sur le trône et lit à haute voix l’homélie de St Jean Chrysostome :  
A ce moment il est pos­sible que les fidèles interrompent la lecture en répondant déjà : „En vérité, ils est ressuscité”.   Évêque : Que tout homme pieux et ami de Dieu jouisse de cette belle et lumineuse solennité! Que tout serviteur fidèle entre joyeux dans la joie de son Seigneur! Que celui qui s’est donné la peine de jeûner reçoive maintenant le denier qui lui revient! Que celui qui a travaillé dès la première heure reçoive à présent son juste salaire! Si quelqu’un est venu après la troisième heure, qu’il célèbre cette fête dans l’action de grâces! Si quelqu’un a tardé jusqu’à la sixième heure, qu’il n’ait aucune hésitation, car il ne perdra rien! S’il en est un qui a remis jusqu’à la neuvième heure, qu’il approche sans hésiter! S’il en est un qui a tramé jusqu’à la onzième heure,

qu’il n’ait pas honte de sa tiédeur, car le Maître est généreux, il reçoit le dernier aussi bien que le premier. II admet au repos celui de la onzième heure comme l’ouvrier de la première heure. Du dernier il a pitié et il prend soin du premier. A celui-ci il donne; à l’autre il fait grâce. Il accueille les oeuvres et reçoit avec tendresse la bonne volonté. II honore l’action et loue le bon propos. Ainsi donc, entrez tous dans la joie de votre Seigneur et les premiers comme les seconds, vous recevrez la récompense. Riches et pauvres, mêlez-vous; abstinents et paresseux, pour célébrer ce jour. Que vous ayez jeûné ou non, réjouissez-vous aujourd’hui.

La table est préparée, goûtez-en tous; le veau gras est servi, que nul ne s’en retourne à jeun. Goûtez tous au banquet de la foi, au trésor de la bonté. Que nul ne déplore sa pauvreté, car le Royaume est apparu pour tous. Que nul ne se lamente sur ses fautes, car le pardon a jailli du tombeau. Que nul ne craigne la mort, car celle du Sauveur nous en a délivrés: il l’a fait disparaître après l’avoir subie. I1 a dépouillé l’Enfer, celui qui aux Enfers est descendu.

Il l’a rempli d’amertume pour avoir Et cela, Isaïe l’avait prédit: L’enfer, dit-il, fut irrité lorsque sous terre il t’a rencontré.

II avait pris un corps et s’est trouvé devant un Dieu; ayant pris de la terre, il rencontra le ciel; ayant pris ce qu’il voyait, il est tombé à cause de ce qu’il ne voyait pas. O Mort, où est ton aiguillon? Enfer, où est ta victoire? Le Christ est ressuscité et toi-même es terrassé. Le Christ est ressuscité et les démons sont tombés. Le Christ est ressuscité et les Anges sont dans la joie. Le Christ est ressuscité et voici que règne la vie. Le Christ est ressuscité et il n’est plus de mort au tombeau. Car le Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis. A lui gloire et puissance dans les siècles des siècles. Amen.

 
    Chœur: Resplendissante de clarté, la grâce de ta bouche a brillé sur l’univers,  révélant au monde des trésors où l’avarice n’a point de part, et nous montrant la grandeur de l’humilité. Père saint dont la parole nous instruit, Jean Chrysostome, intercède auprès du Verbe, le Christ notre Dieu, pour le salut de nos âmes.  
         
         
         

 

 

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile despre tine sau dă clic pe un icon pentru autentificare:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s